Comment parler avec les enfants de la maladie grave et de la mort ? 

 

Un livret réalisé par deux psychologues à la Maison médicale Notre Dame du Lac (Rueil Malmaison), ce livret a été rédigé en réponse à de nombreuses questions que se posent parents et enfants lorsqu’un proche est hospitalisé en soins palliatifs. 

Bonne rentrée aux petits et aux grands !

Il n’est pas toujours facile de savoir comment agir à la maison sur la gestion des émotions de votre enfant, sur les moments où il est en opposition, sur la façon dont il peut rendre service où se prendre en charge seul. Pour bien commencer la rentrée voici un ensemble d’outils que vous pouvez utiliser à la maison.

Vous y trouverez :

  • une boîte à émotions avec une liste des différents objets que vous pouvez y mettre, un guide d’utilisation et des petites cartes pour aider votre enfant à s’exprimer sur ses émotions,
  • un carnet de missions de super héros pour aider votre enfant à devenir autonome ou rendre service,
  • une fleur des qualités pour aider votre enfant à prendre confiance en lui, à développer une meilleure estime de lui,
  • un tableau de réussite (déjà proposé dans la publication sur le trouble d’opposition)
    Les explications sont sur chaque fiches n’hésitez pas à les télécharger. Très bonne rentrée à tous !!!!

La petite casserole d'Anatole

Un très beau court métrage pour évoquer avec les enfants les situations de handicap.

Le trouble d'opposition avec provocation TOP

Au cours de leur deuxième année, il est fréquent que les enfants s’opposent à leurs parents. Cette période peut parfois être intense et s’installer dans la durée. Lorsque cette opposition dure plus de 6 mois au-delà des 4 ans de l’enfant, que les crises sont fréquentes, quelquefois journalières, alors on parle de trouble de l’opposition avec provocation (TOP).

Quelles sont les manifestations du trouble d’opposition avec provocation ?
– Votre enfant refuse systématiquement de vous obéir, ainsi qu’à son enseignant.e
– Il tient tête sans tenir compte des conséquences ou des punitions qu’il pourrait recevoir
– Il a des difficultés à gérer ses émotions : il peut manifester des colères à l’occasion desquelles il lance et casse des objets ou des crises de larmes…
– Il est dans la provocation, par exemple il dit des gros mots pour vous faire réagir.

Une psychologue vous aidera à identifier pourquoi ce trouble est présent chez votre enfant. Il est possible pour les parents de reprendre le contrôle. Voici quelques exemples de conduites qui peuvent aider les parents :

  • Ne pas négocier, ne pas argumenter
  • Anticiper les moments de coucher, de repas en annonçant  à l’avance qu’ils vont avoir lieu après avoir joué, regardé la télévision…
  • Dire « oui » plutôt que « non ». « Oui tu pourras manger ce bonbon après ton repas, regarde je le pose là… » plutôt que « non on ne mange pas de bonbon avant le repas »
  • Valoriser l’enfant dans ses réussites
  • Diminuer les exigences en fixant peu de règles mais des règles auxquelles vous tenez et que vous expliquez clairement. Un tableau de réussite permet à l’enfant de coller des gommettes à chaque fois qu’il a respecté la règle fixée 
  • Ne pas se décourager, il faudra beaucoup beaucoup beaucoup répéter

La bulle de Miro

Une vidéo à destination des jeunes enfants, qui aborde la question des frontières interpersonnelles et intimes. 

Le diagnostique de trouble du spectre autistique (TSA)

les troubles du spectre autistique font partie des troubles neuro développementaux. Il existe autant de formes d’autismes qu’il y a d’enfants qui présentent ce trouble, c’est pour cette raison que l’on parle de spectre de l’autisme. Néanmoins les chercheurs s’accordent pour décrire des traits communs.

Un médecin généraliste, un pédiatre ou un pédopsychiatre peuvent poser un diagnostique d’autisme. Cependant ce diagnostique repose sur une équipe pluridisciplinaire et le médecin doit s’appuyer sur un ensemble de bilans réalisés par d’autres professionnels (orthophonique, psychologique, sensori-moteur et parfois mais pas toujours, ORL…). Ce diagnostique est important parce qu’il permet de faire une demande de reconnaissance auprès de la maison départementale des personnes en situation de handicap (MDPH).

Le bilan psychologique apporte un éclairage sur le fonctionnement intellectuel, émotionnel et affectif de l’enfant. Il permet d’établir le points forts et les points de fragilité. Lorsque l’enfant est scolarisé dans une classe ordinaire ou classe ULIS, cette évaluation psychométrique sert à la mise en place d’une compensation. Par exemple un enfant autiste très sensible au bruit peut avoir droit à des temps de pause au calme en dehors de la classe ou dans un espace réservé comme une petite tente. Il peut également bénéficier de plus de temps pour certaines activités ou être dispensé des activités qui le mettent trop en difficulté. 

Il existe des albums et livres de jeunesse qui permettent d’aborder la question de l’autisme avec l’enfant lui-même, ses frères et soeurs, ses amis ou camarades de classe.

Guide d’ÉVAluation des besoins de compensation en matière de Scolarisation GEVA-Sco (informations sur le lien ci-dessous)